Histoire

Le bio, toute une histoire dans la tradition d’Halloween


« Halloween » est une fête anglaise célébrée le soir du 31 octobre. Son nom  All Hallows Eve ou encore the eve of All Saints’ Day en anglais moderne signifie « la veillée de la Toussaint ». Cette origine anglo-chrétienne est contestée par ceux parlant d’Halloween comme du nouvel an populaire des Celtes. C’est une fête très populaire en Irlande, Écosse ou Pays de Galles; évidemment Jack-O’-lantern-la lanterne d’Halloween -éclaire la légende irlandaise.

Halloween part en Amérique du Nord avec les émigrants irlandais et écossais des années 1850 et devient très populaire vers 1920. C’est donc alors avec l’étiquette américaine qu’apparaissent les Jack-O’-lanterns confectionnées à partir de citrouilles, d’origine locale .

En Europe, faute de citrouille, on confectionnait les lanternes avec des rutabagas (proche du navet) .

Aujourd’hui, les enfants se déguisent avec des costumes effrayants (fantômes, sorcières  vampires) et sonnent aux portes en demandant aux adultes des bonbons, des fruits ou de l’argent avec la formule : Trick or treat ! (farce ou friandise !) .

Mais, au lieu de distribuer des confiseries industrielles aux petits farceurs qui frappent à nos portes,  proposons-leur du bio : des bonbons sans gélatine de porc et autre acide chlorhydrique mais avec une algue magique : l’agar agar.

MES BONBONS

80 g de sucre, 15 cl de jus de fruits bio (pommes, fraises, framboises, raisins…) -éviter les agrumes empêchant la bonne prise de l’agar agar-, 2 g d’agar agar

Délayer l’agar agar à froid dans un peu de jus de fruits, verser avec le reste du jus dans une casserole et faire bouillir. Ajouter alors le sucre et le faire fondre. Laisser bouillir encore deux minutes puis verser dans des moules à empreintes genre bac à glaçons ou formes à chocolat. Laisser refroidir puis placer au réfrigérateur  le temps que les bonbons prennent, démouler et laisser sécher à température ambiante.

Donc vous l’aurez compris, pour Halloween mais en bio ! Entre le goût de la courge et celui de la châtaigne ou du marron, il y a le potimarron.

On le prépare en purée, flan, gratin, soupe, râpé comme de la carotte ou encore en purée dessert avec de la compote de pommes ou comme fourrage d’un gâteau.

Sa peau va durcir en vieillissant mais quand il est jeune, elle est douce.

MA SOUPE

On coupe le potimarron en 4 sans l’éplucher, on retire les graines (qu’on garde pour les ressemer!) et on le fait cuire 20 minutes avec la peau (de l’eau aux deux tiers), une pincée de sel. On mixe directement dans le récipient. On ajoute au choix de l’huile de pépin de courge, de la crème d’avoine… C’est prêt !

On peut bien sûr y associer une purée de panais, de céleri, des graines de courge torréfiées et bien sûr du potimarron râpé cru avec la peau pour le croquant et les vitamines-on peut se le permettre, en bio, la peau des fruits et légumes n’est pas aspergée de pesticides dangereux-, un trait de vinaigre ou de jus d’umébosis (petite prune acide) .

Si on veut un plat complet, on va ajouter une légumineuse et une céréale.

Pourquoi pas des haricots rouges mis à tremper la veille (cuits avec de l’échalotte et du laurier )et des flocons de riz ?

Alors partons vite à la découverte de ces saveurs originales ou oubliées !


 

 

MARCHÉ NATURE

6, rue du clos du hamel – 14320 Saint André sur Orne (périph sud, sortie n°11, à 2 mn d’IKEA, dans le bourg)

Du mardi au samedi de 9h30 à 13h et de 14h30 à 19h (livraison à domicile possible).

 


-20% sur les casseroles Baumstal sur présentation de ce magazine (selon les stocks disponibles).

Nouveauté 2014 : Retrouvez Corinne sur le marché de Troarn chaque 1er samedi du mois. (9h/13h).

Livraison gratuite à domicile sur Caen et agglo ainsi que Troarn et environs (à partir de 20 € d’achat).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *