Histoire

ENIGMA (Par Michel Barbier et Nicolas de Marqué)


10rotorengimaAu cœur de la seconde guerre mondiale, une machine dont le nom étrange fait écho à son utilisation a permis aux Allemands de communiquer facilement sans être écouté par les alliés. Tout au moins c’est ce qu’ils croyaient.

Son nom Enigma, une machine à chiffrer inventée initialement par Arthur Scherbius et Richard Ritter en 1918. Cette machine, créée par ses inventeurs pour s’amuser, connait en réalité un grand succès commercial, et près de 30 000 modèles civils sont vendus, notamment à des banques ou à de grandes compagnies.

Enigma se présentait sous la forme d’une machine à écrire portable. De dimensions modestes, elle rentrait dans une valise. Cette machine fonctionnait avec une pile de 9 volts. Elle était composée d’un clavier typographique de 26 touches, au-dessus duquel se trouvait un tableau de 26 ampoules correspondant aux 26 lettres de l’alphabet.

Le principe de fonctionnement de l’Enigma est à la fois simple et astucieux. A chaque fois que l’on presse une lettre, un circuit électrique est fermé, et s’éclaire une ampoule qui correspond à la lettre codée. Le circuit qui est fermé dépend de la position des rotors. A chaque lettre frappée, un ou plusieurs des rotors mobiles tourne, changeant la substitution qui sera opérée à la prochaine touche pressée. De plus, le chiffrage est réversible : si en tapant A vous codez D, si vous aviez tapé D, vous auriez codé A. Ainsi, si le commandement allemand et le sous-marin ont le même réglage de départ, il suffit à l’opérateur du sous-marin de taper directement le message codé pour obtenir le message clair. Les Allemands avaient donc diffusé dans leurs services des carnets de code permettant de réactualiser chaque jour à minuit les machines, par la position initiale des rotors. Ces carnets de code étaient valables un mois.

Le modèle A de la machine (Chieffrienmaschinen Aktien Gesellschaft) fût présentée en 1923 au Congrès Postal International de Bern. Le prix de cette machine à l’époque (équivalent à 30000 euros aujourd’hui) en fit un échec cuisant. Mais l’idée fit son chemin et la marine de guerre allemande reprit le projet en 1925 et en confia son évolution au service de chiffrement (Chiffrierstelle) du ministère de la guerre allemand. Le modèle Enigma M3 fût finalement adopté par la Wehrmacht (armée Allemande) le 12 janvier 1937.

machine-enigmaCe que les Allemands ignoraient, c’est que les services de contre-espionnage français et Polonais travaillaient également depuis 1930 sur une méthode de déchiffrement. Le Commandant Gustave Bertrand des services secrets français, recruta pour cela Hans Thilo Schmidt (dont le nom de code était Asche), qui travaillait à l’époque pour le Chiffrierstelle.
Lorsque la seconde guerre mondiale éclata en 1939, les alliés savaient décrypter les messages d’Enigma. Le 24 juillet 1939, Marian Rejewski ( responsable du Biuro Szyfrow – service européen le plus avancé dans les recherches sur le chiffrement allemand ) remit un modèle de la machine Enigma au Commandant Bertrand et à Alistair Denniston, chef du service de déchiffrement de l’Intelligence Service (IS) britannique.

La guerre s’est ensuite intensifiée et la cadence de déchiffrement augmenta. Ainsi, entre les mois d’octobre et juin 1939, plus de 4000 messages chiffrés furent décodés par les services secrets français. Ces opérations portaient désormais un nom : Opération Z pour les français et Code Ultra (pour Ultra Secret) pour les Anglais.

Le 1er février 1942, le modèle Enigma M4 fut mis en service. Pendant onze mois, les alliés ne réussirent pas à décrypter ces messages.

Durant toute la guerre, plus de 18 000 messages par jours furent décryptés, et permirent aux forces de l’alliance de connaître les intentions de l’Allemagne. Le dernier message chiffré fut trouvé en Norvège, signé par l’Amiral Doenitz : « Le Führer est mort. Le combat continue ». Les Allemands ne se sont jamais doutés que leur précieuse machine pouvait être décryptée.

gustave bertrandGustave Bertrand
17 décembre 1896 – 23 mai 1976
Le général Bertrand est un officier du service de renseignement français, il participera activement au décryptage des secrets d’Enigma grâce au renseignement fourni par un agent double placé au sein de la Reichwehr, le ministère du chiffre Allemand.

Marian_Rejewski

 

Marian Rejewski
16 août 1905 – 13 février 1980
Le mathématicien polonais Marian Rejewski est à l’origine du premier décryptage d’énigma. Il construisit en en 1931, une machine baptisé bomby de part son tic-tac en fonctionnement. Cette machine sera la première à permettre le décodage des messages allemands.

alan-turingAlan Turing
23 juin 1912 – 7 juin 1954
Mathématicien, cryptologue et informaticien britannique. Il a participé à l’effort de guerre en décryptant les évolutions d’Enigma entre 1938 et
1944. Il est aussi très connu pour ces travaux sur l’intelligence artificielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *